Matériel

Ce chapitre explique comment Retrospect fonctionne avec vos différents périphériques de stockage, ainsi que les différentes façons d’afficher et de surveiller le fonctionnement de votre matériel à partir de Retrospect.

Sources et périphériques de stockage

Le détail de votre matériel est affiché à deux endroits distincts de l’interface Retrospect : les sections Sources et Unités de stockage, toutes deux accessibles depuis le volet latéral.

Sources

La section Sources indique les disques durs rattachés à l’ordinateur sur lequel Retrospect Backup Engine s’exécute. Les favoris que vous avez définis sur chacun de ces disques sont également affichés. Retrospect considère les favoris comme des sources distinctes pouvant être sauvegardées indépendamment du disque dur sur lequel elles résident. La section Sources indique également les volumes réseau avec lesquels Retrospect est utilisé. Ces derniers peuvent être des partages réseau montés, par exemple sur un serveur de fichiers ou un périphérique NAS (stockage réseau), ou des clients Retrospect (ordinateurs exécutant le logiciel Retrospect Client). Pour plus d’informations sur la gestion des clients Retrospect, des périphériques NAS et des partages réseau, reportez-vous au Chapitre 4.

03fig01callout.ai

La liste Sources de Retrospect utilise différentes icônes pour l’affichage de chaque type de source.

03fig02.tiffDisque dur : peut être connecté à une machine serveur Retrospect ou rattaché à une machine client Retrospect.

03fig03.tiffClient Retrospect : le triangle en regard de l’icône indique qu’il est possible d’ouvrir cette dernière afin d’afficher la liste des disques durs rattachés à la machine client Retrospect.

03fig04.tiffUn volume ou partage réseau connecté au moyen d’un protocole de partage de fichiers (AFP ou SMB, par exemple).

03fig05.tiffFavori.

Retrospect permet d’utiliser comme source tout type de média pouvant être monté sur le bureau Mac. Quelle que soit la nature du média utilisé (disque dur, partage réseau, machine client Retrospect avec disques durs rattachés, voire même un périphérique du type disque à mémoire Flash ou à médias amovibles), il sera affiché dans la liste Sources.

Utilisation de la barre d’outils Sources

La barre d’outils Sources, située au-dessus de la liste du même nom, permet de réaliser plusieurs actions sur un élément sélectionné dans la liste Sources. En fonction de la source sélectionnée, certains éléments de la barre d’outils seront actifs et d’autres non.

03fig06.tiff

Les boutons de la barre d’outils permettent d’accéder aux fonctions suivantes :

  • Ajouter ouvre une boîte de dialogue permettant d’ajouter un partage réseau ou un ordinateur client Retrospect à la liste Sources.
  • Supprimer permet de supprimer un ordinateur client Retrospect, un partage réseau ou un favori de la liste Sources.
  • Ajouter favoris permet de désigner comme favori un dossier sur une source sélectionnée.
  • Renommer permet de modifier le nom du client Retrospect sélectionné. Le nom de client n’est modifié qu’au niveau de Retrospect, cela n’affecte pas le nom réel de la machine. En d’autres termes, cette opération ne modifie que le nom de client affiché dans la liste Sources de Retrospect.
  • Régler l’horloge permet de définir l’heure et la date sur l’ordinateur client Retrospect sélectionné de manière à ce qu’elles correspondent à celles du serveur Retrospect.
  • Actualiser teste la connexion à l’ordinateur client Retrospect sélectionné et met à jour certaines informations comme l’adresse IP et la vitesse de la connexion.
  • Rechercher permet d’associer un client Retrospect existant à une nouvelle adresse sans avoir à le supprimer des scripts au préalable.
  • Mettre à jour permet de mettre à jour le logiciel Retrospect Client sur l’ordinateur sélectionné.
  • Mot de passe permet de modifier les données d’identification de connexion pour le partage réseau ou l’ordinateur client Retrospect sélectionné.
  • Éjecter permet de démonter le partage réseau sélectionné.
  • Effacer permet d’effacer toutes les données présentes sur la source sélectionnée. Cette opération étant irréversible, il convient de faire preuve de la plus grande prudence lors de son utilisation.

Utilisation de la barre de filtres

En raison de l’importance que peut atteindre le nombre de sources que vous pouvez gérer avec Retrospect, la barre de filtres permet de filtrer les éléments de la liste Sources de deux manières. Pour filtrer les sources affichées dans la liste, cliquez sur un des boutons de la barre de filtres.

03fig07.tiff

Le premier groupe permet de filtrer les éléments de la liste Sources en fonction du système d’exploitation utilisé par la source.

Si vous cliquez sur le bouton Serveurs, la liste n’affiche que les ordinateurs exécutant un système d’exploitation de type serveur. Cela vaut pour toutes les versions de Mac OS X Server, de Windows Server et des autres logiciels pour serveur utilisés par les périphériques NAS (stockage rattaché au réseau). Si vous cliquez sur le bouton PC et portables, la liste n’affiche que les ordinateurs clients Retrospect exécutant un système d’exploitation de type non serveur pris en charge par Retrospect (reportez-vous à la rubrique Configuration système requise du Chapitre 1 pour obtenir une liste complète).

Le deuxième groupe permet de filtrer les éléments de la liste Sources en fonction de leur type. Si vous cliquez sur le bouton Local, la liste affiche les sources connectées à l’ordinateur serveur Retrospect. Si vous cliquez sur le bouton Client, la liste n’affiche que les ordinateurs clients Retrospect. Si vous cliquez sur le bouton Partages, la liste n’affiche que les partages réseau.

Remarque : les deux groupes de boutons de la barre de filtres sont interactifs. En effet, lorsque vous cliquez sur les boutons du premier groupe, cela affecte les éléments qui s’affichent lorsque vous filtrez à nouveau les résultats du second groupe. Imaginons par exemple qu’un périphérique NAS soit rattaché à votre réseau. Si le filtre sélectionné dans le premier groupe est Tous ou Serveurs, le fait de cliquer sur Partages dans le second groupe ne fera pas disparaître le périphérique NAS. En revanche, si vous sélectionnez le bouton PC et portables dans le premier groupe, cela élimine le périphérique NAS. Aucune sélection effectuée dans le second groupe ne permet alors d’afficher à nouveau celui-ci.

Utilisation de la zone Détails

Située en dessous de la liste Sources, la zone Détails indique des informations complémentaires relatives au type de source sélectionné dans la liste Sources. La zone Détails comporte trois onglets : Récapitulatif, Options et Classifications.

Récapitulatif : l’onglet Récapitulatif de Retrospect affiche des informations relatives à la source, différentes selon le type de source sélectionné.

03fig08.tiff

La section Présentation comporte les informations essentielles sur la source, parmi lesquelles le nom du client, les dates de dernière et prochaine sauvegarde planifiée, ainsi que l’état de sauvegarde de la source. La section Détails indique des informations relatives à la capacité de la source, à son adresse réseau et à ses performances en termes de vitesse de sauvegarde.

Options : les éléments de l’onglet Options ne sont actifs que pour les machines client Retrospect.

03fig09.tiff

Cochez la case en regard de Chiffrer le lien réseau pour autoriser le chiffrement des données transférées entre Retrospect Server et l’ordinateur client Retrospect sélectionné. Cochez la case en regard de Activer le Wake-on-LAN si vous souhaitez vous assurer que Retrospect soit en mesure de réactiver les ordinateurs client en veille de manière à permettre le déroulement d’activités de sauvegarde proactive.

À partir du menu contextuel Sauvegarder de la section Volumes, vous pouvez choisir entre Tous les volumes, Volumes sélectionnés ou Volume de démarrage. Si vous sélectionnez Volumes sélectionnés, vous devez vous assurer au préalable que les volumes devant être sauvegardés sont indiqués par une coche.

Conseil : vous pouvez utiliser l’option Volumes sélectionnés pour restreindre les volumes d’une machine à ceux qui seraient normalement sélectionnés pour sauvegarde par d’autres fonctions de Retrospect. Il est par exemple possible d’utiliser une classification (pour plus d’informations sur les classifications, reportez-vous à la rubrique ci-dessous) pour sélectionner une machine client Retrospect spécifique. Si vous le faites, tous les volumes rattachés à cette machine seront sauvegardés par défaut. Volumes sélectionnés vous permet de ne sauvegarder que les volumes de votre choix.

Classifications : vide par défaut, l’onglet Classifications vous permet de créer des classifications que vous pouvez ensuite appliquer à des sources spécifiques. Ces classifications peuvent ensuite être utilisées par les scripts de manière à n’effectuer les opérations Retrospect que sur les éléments les comportant. Les classifications facilitent le regroupement des volumes, ce qui permet une meilleure organisation. Les classifications que vous créez apparaissent dans la catégorie Scripts, dans l’onglet Sources.

Vous pouvez par exemple créer un onglet Accounting contenant les volumes de votre service comptabilité. Par la suite, lorsque vous créerez un script de sauvegarde, plutôt que d’avoir à sélectionner chaque volume séparément, il vous suffira de sélectionner la classification Accounting et Retrospect saura que vous souhaitez sauvegarder l’ensemble des volumes du groupe. Une autre possibilité consiste à créer une classification Laptops comprenant l’ensemble de votre parc de machines client Retrospect portables, afin de faciliter leur sélection et leur inclusion dans un script de sauvegarde proactive.

Pour créer une nouvelle classification, cliquez sur le bouton + (plus) situé dans la partie inférieure de l’onglet Classifications. Une fois que vous avez saisi le nom de la classification dans la boîte de dialogue contextuelle, elle apparaît dans la liste.

03fig10.tiff

Pour attribuer une ou plusieurs classifications à une source, sélectionnez tout d’abord la source dans la liste Sources, puis cochez les cases en regard des classifications de votre choix. De la même manière, pour supprimer une classification d’une source, sélectionnez la source dans la liste Sources puis décochez les cases en regard des classifications à supprimer.

Pour supprimer une classification de Retrospect, sélectionnez-la et cliquez sur le bouton – (moins) situé dans la partie inférieure de l’onglet Classifications. Vous serez invité à confirmer l’opération. Soyez prudent lors de la suppression de classifications ; il s’agit en effet d’une opération irréversible. Une fois supprimée, la classification disparaît du ou des volumes auxquels vous l’aviez attribuée, mais n’affecte ces derniers en aucune autre manière. Il est recommandé de vérifier les scripts contenant la ou les classifications supprimées.

Recherche de sources par tags

Les mots clés de type tag sont encore plus utiles dans Retrospect grâce à l'ajout du critère Tags au filtre Sources. Imaginons que vous avez donné le tag « portable » à tous les ordinateurs portables de votre organisation. L'exemple ci-dessous décrit la manière de les rechercher.

Afficher les sources dotées du tag « portable » :

  1. Cliquez sur Sources dans la barre latérale.
  2. Cliquez sur le bouton plus (+) en regard du bouton Enregistrer le rapport pour afficher la barre d'outils de filtrage.
  3. Cliquez sur la liste déroulante de gauche, et sélectionnez Tags.
  4. Sélectionnez Contient dans la liste déroulante suivante.
  5. Tapez portable dans le champ de texte, et appuyez sur la touche Retour.

Toutes les sources dotées du tag « portable » sont affichées.

addendum_rug-64.jpg

Personnalisation de la liste Sources

Il est possible de personnaliser la liste Sources : la plupart des colonnes peuvent être triées par ordre croissant ou décroissant. Pour ce faire, cliquez sur l’en-tête de la colonne voulue ; celle-ci est mise en surbrillance et une flèche de tri dirigée vers le haut ou le bas apparaît dans son en-tête. Vous pouvez modifier l’ordre des colonnes dans la liste en faisant glisser leurs en-têtes. Pour modifier la largeur des colonnes, cliquez sur la ligne séparant deux colonnes et faites glisser la souris.

Les choix proposés par défaut dans la liste Sources sont les suivants : État, Nom, Machine, Système d’exploitation, Espace utilisé, Espace total, Date de la dernière sauvegarde, Capacité et Parcourir les fichiers. Cliquer avec le bouton droit de la souris sur un des en-têtes de colonne fait apparaître un menu contextuel à partir duquel vous pouvez effectuer des sélections supplémentaires : Chemin, Interface, Type, Connexion, Système de fichiers, Version de l’agent, Espace disponible et Prochaine date de sauvegarde.

Unités de stockage

L’autre emplacement de Retrospect où apparaît votre matériel dédié aux sauvegardes est la catégorie Unités de stockage du volet latéral. Les périphériques affichés ici sont ceux qui sont surveillés spécifiquement par Retrospect, comme les lecteurs et librairies de bande (parfois appelés chargeurs, changeurs automatiques ou chargeurs automatiques).

03fig11_525.jpg

Examinons de plus près la liste Unités de stockage. Elle comporte par défaut trois colonnes : Nom, État et Emplacement. Les colonnes fonctionnent de la manière suivante :

  • Nom indique le nom du périphérique de stockage, magasin ou média. Le triangle gris situé à gauche du nom des périphériques pouvant être surveillés et utilisés par Retrospect permet d’afficher les différents médias disponibles sur chaque périphérique. Si un des périphériques de la liste ne comporte pas de triangle gris en regard de son nom, Retrospect ne sera pas en mesure de l’utiliser comme destination de sauvegarde.
  • État indique la condition du périphérique de stockage, rapportée par le périphérique lui-même. Par exemple, la plupart des lecteurs de bande indiquent Prêt lorsqu’ils contiennent une bande enregistrable. Dans la capture d’écran ci-dessous, étant donné que le périphérique est une librairie de bandes, l’état du périphérique pour le premier lecteur est 1: Prêt, ce qui indique que la bande présente dans le slot 1 se trouve dans le lecteur et est prête à être utilisée.
  • Emplacement indique une série de trois chiffres (n:n:n) correspondant aux éléments Bus:ID:LUN. Chaque élément ATAPI interne (lecteur DVD+RW), SATA interne, FireWire, USB et SCSI est représenté par un bus spécifique. ID correspond alors à l’ID du périphérique sur ledit bus. LUN (numéro d’unité logique) représente l’identifiant d’un volume logique sur un réseau SAN ou au sein de certaines configurations iSCSI.

03fig12.tiff

Utilisation de la zone Détails

Située en dessous de la liste Unités de stockage, la zone Détails présente des informations complémentaires relatives au périphérique sélectionné dans la liste. La zone Détails comporte deux onglets : Récapitulatif et Options.

Récapitulatif : l’onglet Récapitulatif de Retrospect affiche des informations relatives au périphérique de stockage ou média sélectionné, différentes selon le type de périphérique ou de média sélectionné.

03fig13.tiff

La section Présentation comporte les informations essentielles relatives au périphérique : type, fournisseur, numéro de modèle, version du microprogramme, interface, ainsi que l’état signalé. La section Détails affiche des informations relatives à l’emplacement du périphérique et, pour les lecteurs de bande, des informations spécifiques à l’intervalle de nettoyage du lecteur et au dernier nettoyage connu. La section Médias présente des informations sur le média présent dans le périphérique sélectionné : code-barres (utilisé avec certaines librairies de bandes), date de première utilisation de la bande, état de compression des données présentes sur la bande (indiqué dans le champ Format), ainsi que d’autres attributs relatifs aux bandes.

Options : l’onglet Options de Retrospect affiche des informations relatives au périphérique de stockage sélectionné. Les commandes de cet onglet sont actives ou inactives en fonction du type de périphérique sélectionné.

03fig14.tiff

Les commandes situées dans la partie supérieure de la zone Détails concernent les lecteurs de bande. Si vous cochez la case Alerte de bande, Retrospect ajoute une alerte d’erreur de lecteur de bande au journal d’erreur (pour afficher l’erreur, sélectionnez Afficher > Journal). Certaines librairies de bandes permettent d’effectuer le suivi des bandes au moyen d’un lecteur de code-barres. Si vous souhaitez que Retrospect puisse utiliser des bandes à codes-barres, cochez la case Activer la numérisation du code-barres. Vous pouvez également configurer Retrospect de manière à ce qu’il génère des alertes à intervalles réguliers lorsqu’il est nécessaire de nettoyer le lecteur de bande en indiquant le nombre d’heures séparant chaque nettoyage. Si vous spécifiez « 0 » (réglage par défaut), Retrospect ne vous invitera jamais à nettoyer votre lecteur de bande. Le réglage Nombre d’emplacements par magasin est très pratique pour les librairies disposant de plusieurs slots. Il vous permet en effet de regrouper les slots, de manière à faciliter leur affichage et leur gestion dans la vue Unités de stockage. Spécifiez le nombre maximal de slots devant être inclus dans un groupe et Retrospect organisera automatiquement la librairie. Par exemple, si votre librairie dispose de 60 slots et que vous spécifiez un maximum de 15 slots par magasin, Retrospect créera quatre conteneurs de magasins de 15 slots chacun. Le nombre que vous spécifiez ne représente pas un regroupement physique réel de slots ou de magasins ; il sert uniquement à des fins d’affichage.

Le menu contextuel Définir la vitesse d’écriture est utilisé pour les lecteurs optiques. Le paramètre Par défaut spécifie une vitesse d’écriture sur le lecteur la plus rapide pouvant être prise en charge par ce dernier. Si vous avez des besoins spécifiques, comme par exemple des médias enregistrables ne prenant pas en charge les vitesses d’écriture élevées, le menu contextuel vous permet de sélectionner entre Rapide, Moyen ou Lent.

Personnalisation de la liste Unités de stockage

Il est possible de personnaliser la liste Unités de stockage : la plupart des colonnes peuvent être triées par ordre croissant ou décroissant. Pour ce faire, cliquez sur l’en-tête de la colonne voulue ; celle-ci est mise en surbrillance et une flèche de tri dirigée vers le haut ou le bas apparaît dans son en-tête. Vous pouvez modifier l’ordre des colonnes dans la liste en faisant glisser leurs
en-têtes. Pour modifier la largeur des colonnes, cliquez sur la ligne séparant deux colonnes et faites glisser la souris.

En plus des fonctionnalités mentionnées ci-dessus, cliquer avec le bouton droit de la souris sur un des en-têtes de colonne fait apparaître un menu contextuel à partir duquel vous pouvez effectuer des sélections supplémentaires : Type, Jeu de médias, Fournisseur, Produit, Microprogramme et Interface.

Matériel - Présentation

Afin de vous assurer que votre périphérique de sauvegarde est compatible avec Retrospect, consultez le site Web de Retrospect. Vous y trouverez les informations les plus récentes relatives à la compatibilité ainsi que des informations spécifiques sur les périphériques pris en charge.

Si vous rencontrez des problèmes lors de l’utilisation de Retrospect avec vos périphériques de sauvegarde après avoir vérifié que vous disposez d’une installation matérielle et logicielle compatible, reportez-vous au « Ressources de dépannage et de support ».

Utilisation de Retrospect avec votre matériel

Retrospect fonctionne généralement sans aucun problème avec tous types de périphériques de sauvegarde. Cependant, il convient parfois de surveiller de près le fonctionnement de certains éléments matériels ou de dépanner des problèmes. Cette rubrique explique comment utiliser certains types de matériels spécifiques.

Affichage des périphériques de stockage

Pour vous assurer que vos périphériques de stockage sont détectés et peuvent être utilisés par Retrospect, vérifiez qu’ils apparaissent bien dans la liste Sources ou Périphériques de sauvegarde, en fonction du type de périphérique utilisé. Si vous êtes en mesure d’accéder à un périphérique depuis le bureau du serveur Retrospect, vous devez normalement pouvoir le voir dans Retrospect (à l’exception des partages réseau, auxquels Retrospect accède en tant qu’utilisateur root). Si vous avez des difficultés à afficher un périphérique qui devrait normalement apparaître dans la liste Unités de stockage, la première chose à faire est de cliquer sur le bouton Relancer l’analyse de la barre d’outils située au-dessus de la liste Unités de stockage. Patientez au moins deux minutes après avoir cliqué sur le bouton afin de laisser le temps aux périphériques d’apparaître dans la liste Unités de stockage. Tous les périphériques de sauvegarde correctement connectés à l’ordinateur de sauvegarde doivent également apparaître dans l’application Informations Système d’Apple. Si le périphérique ne s’affiche pas, consultez son guide d’utilisation pour obtenir des informations de configuration.

Conseils de dépannage :

Si vous disposez de périphériques SCSI, assurez-vous que chacun d’entre eux soit sous tension, que les câbles soient branchés correctement, que chaque périphérique dispose d’un ID unique et que la chaîne SCSI se termine comme il se doit. Ne réorganisez pas les périphériques composant une chaîne SCSI à moins que chacun des périphériques et l’ordinateur lui-même ne soient éteints.

Si votre chaîne SCSI n’est pas connectée et terminée correctement ou qu’il y a un conflit d’ID, cela peut entraîner l’apparition de plusieurs problèmes. Le problème le plus bénin serait qu’un des périphériques n’apparaisse pas dans la liste d’état des périphériques. Un problème plus grave, bien que subtil, pourrait être par exemple une panne de communication entre l’ordinateur de sauvegarde et le périphérique de sauvegarde, pouvant entraîner une perte de données. Naturellement, le problème le plus grave pouvant subvenir serait si des dégâts étaient occasionnés à votre ordinateur ou aux périphériques SCSI composant la chaîne.

Si un lecteur n’apparaît pas dans la liste Sources ni dans la liste Unités de stockage, il se peut qu’il ne soit pas pris en charge par Retrospect ou qu’il nécessite des conditions d’utilisation spécifiques. Consultez le site Web de Retrospect http://www.retrospect.com afin d’obtenir les informations les plus récentes relatives à la compatibilité ainsi que des détails spécifiques sur les périphériques pris en charge.

Lecteurs montables dans le Finder

Retrospect permet d’utiliser tout lecteur pouvant être monté dans le Finder comme destination de sauvegarde (à l’exception des lecteurs optiques). Cela s’applique aux disques durs internes et externes connectés directement à l’ordinateur serveur Retrospect, ainsi qu’aux disques durs connectés au réseau. Retrospect prend également en charge les lecteurs à média amovible et les lecteurs SSD montables dans le Finder.

Pour afficher la liste des volumes utilisables avec Retrospect, cliquez sur Sources dans le volet latéral.

Sélection du type de jeu de médias

Un lecteur montable peut constituer la destination pour des jeux de médias fichier et des jeux de médias disque. Ces deux types de jeux de médias présentent d’importantes différences. Les jeux de médias disque apportent d’excellents niveaux de flexibilité et de performances car ils permettent les éléments suivants :

  • Application multidisques, y compris sur les volumes en réseau
  • Nettoyage automatique des disques afin de libérer de l’espace disque
  • Meilleure prise en charge des sauvegardes sur périphériques et serveurs NAS
  • Utilisation simultanée d’un même jeu de médias comme destination d’une opération et comme source pour une ou plusieurs autres opérations.

En outre, les jeux de médias disque ne sont pas soumis aux mêmes restrictions que les jeux de médias fichier en ce qui concerne la taille des fichiers. Un jeu de médias disque écrit une série de fichiers sur le média cible. Les fichiers ne peuvent pas dépasser 600 Mo, ce qui permet de transférer facilement les données de sauvegarde sur d’autres types de supports de stockage.

Remarque : depuis la version 10.6 de son système d’exploitation Mac OS X « Snow Leopard », Apple a modifié la façon dont le Finder calcule la taille des fichiers : la traditionnelle équation 1 Mo = 1 024 x 1 024 octets a été remplacée par 1 Mo = 1 000 x 1 000 octets, ce qui occasionne des fichiers de jeu de médias Retrospect d’une taille apparente de 692 Mo.

Lorsqu’ils sont sauvegardés sur disque dur, les jeux de médias fichier et les jeux de médias disque permettent de stocker et d’accéder à d’autres types de fichiers que les fichiers de données généralement pris en charge par les jeux de médias.

Conseil : si vous avez déjà utilisé par le passé une ou plusieurs des versions précédentes de Retrospect et que vous aviez l’habitude d’utiliser régulièrement les jeux de sauvegarde de fichiers, il est recommandé d’effectuer la transition vers les jeux de médias disque lors du passage à Retrospect.

Préparation des disques montables pour utilisation

Il est conseillé de préparer les disques préalablement à leur utilisation en les ajoutant comme des membres d’un jeu de médias. Lorsque Retrospect exécute un script et qu’il a besoin d’espace de stockage supplémentaire pour le jeu de médias disque, il utilise automatiquement un disque ayant déjà été ajouté au jeu de médias.

Pour ajouter un disque à un jeu de médias, reportez-vous à la rubrique « Ajout d’un disque à un jeu de médias » du Chapitre 5.

Nettoyage de disque

Par défaut, lorsqu’un disque faisant partie d’un jeu de médias disque est saturé (ou utilise tout l’espace disque alloué), Retrospect vous demande un autre disque afin de pouvoir continuer à copier les fichiers et les dossiers.

Si vous souhaitez continuer à utiliser le disque existant, vous pouvez faire appel aux options de nettoyage de Retrospect pour récupérer de l’espace disque en supprimant les fichiers et dossiers les plus anciens afin de libérer de la place pour les nouveaux.

Si le nettoyage de disque est activé et que vous décidez de spécifier une règle de nettoyage, Retrospect supprime automatiquement les anciens fichiers et dossiers (en fonction des paramètres de la règle) lorsqu’il a besoin d’espace. Pour plus d’informations sur la configuration des options de nettoyage de disque dans l’assistant de création de jeu de médias, reportez-vous à la rubrique « Options de nettoyage pour jeux de médias disque » du Chapitre 7.

Avertissement : le nettoyage supprime les fichiers et les dossiers du média de sauvegarde Ces fichiers et dossiers ne peuvent pas être récupérés. Avant d’activer le nettoyage, assurez-vous que vous avez établi une stratégie de sauvegarde qui protège vos données essentielles.

Vous pouvez modifier ou désactiver les options de nettoyage d’un jeu de médias disque à tout moment. Si vous souhaitez protéger certaines sauvegardes réalisées à des instants spécifiques, il est possible de les « verrouiller » de façon à empêcher leur nettoyage par Retrospect. Vous pouvez également faire en sorte que certaines sauvegardes non nettoyées dans le cadre de la règle puissent être supprimées manuellement du jeu de médias.

Le nettoyage joue un rôle essentiel dans une stratégie de sauvegarde par étapes. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Stratégies de sauvegarde par étapes » du Chapitre 7.

Lecteurs de bande

Retrospect prend en charge la plupart des lecteurs de bande sans qu’il soit nécessaire de procéder à l’installation de logiciels supplémentaires. Pour obtenir la liste des lecteurs de bande pris en charge, consultez la page
http://www.retrospect.com/supporteddevices/.

Les médias à accès séquentiel sont relativement peu coûteux et proposent une capacité de stockage allant de modérée à importante, ainsi qu’un taux satisfaisant de transfert maintenu des données. Les bandes sont donc tout à fait adaptées aux sauvegardes, en particulier si vous souhaitez conserver une partie de vos sauvegardes hors site pour une sécurité renforcée, ou dans le cadre d’un archivage à long terme.

Lorsque vous utilisez Retrospect pour sauvegarder un volume sur une bande, les données sont écrites séquentiellement, du début à la fin de la bande. Si vous ajoutez des sauvegardes à la bande, l’écriture des nouvelles données commence là où terminent les données précédentes et cela, jusqu’à la fin de la bande.

Lorsque vous placez une bande dans le lecteur, ni l’ordinateur de sauvegarde ni Retrospect ne sont en mesure de la monter dans le Finder ; ne vous attendez donc pas à la voir apparaître automatiquement sur le bureau de votre Mac.

Conseil : une stratégie de sauvegarde par étapes faisant intervenir la sauvegarde des données sur le disque puis leur copie sur bande, peut contribuer à améliorer les performances générales lors de la sauvegarde sur bande. Ce type de sauvegarde est aussi connu sous les noms disque-à-disque-à-bande (D2D2T) ou disque-à-disque-à-disque (D2D2D), en fonction du type de média utilisé. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Stratégies de sauvegarde par étapes » du Chapitre 7.

Capacité de bande

La quantité réelle de données susceptible de tenir sur une bande spécifique varie en fonction de plusieurs facteurs. La capacité d’une bande peut être influencée de façon importante par les vitesses relatives de l’ordinateur de sauvegarde et du lecteur de bande.

Si vous sauvegardez une source lente (par exemple, un ordinateur ou un disque dur lent, ou un volume partagé sur un réseau) sur un lecteur de bande rapide, la capacité de la bande est réduite par l’impossibilité de la source à fournir un flux continu de données au lecteur de bande. Ne vous étonnez pas si vous constatez que la capacité réelle de vos bandes est inférieure à celle indiquée par leurs caractéristiques. Certains lecteurs de bande sont censés offrir des capacités supérieures à celles qu’ils atteignent réellement au cours de leur fonctionnement quotidien. Ces valeurs font en fait référence aux quantités de données avant qu’elles soient compressées par le lecteur de bande par le biais de la compression matérielle. Il va sans dire que les taux de compression utilisés sont généralement avantageux.

Compression

La compression, opération pouvant être effectuée par Retrospect ou tout lecteur de bande proposant cette fonction, permet d’économiser l’espace présent sur vos bandes en réduisant le volume des données sauvegardées. Il convient toutefois de préciser que la compression n’augmente pas la capacité du média : le volume de données pouvant être sauvegardé sur le disque ou la bande reste le même. La compression réduit le volume des données originales à un format compact avant leur transfert sur bande, ce qui permet de faire tenir davantage de fichiers sur une même bande.

La compression matérielle des données est une fonctionnalité très fréquemment rencontrée sur les lecteurs de bande. Retrospect utilise la compression matérielle des lecteurs chaque fois que c’est possible, désactivant au besoin automatiquement sa propre option de compression logicielle.

Conseil : il est beaucoup plus rapide de laisser votre matériel compresser les données que d’avoir recours à la compression logicielle de Retrospect.

Le taux de compression obtenu varie selon le type de données sauvegardées. Les fichiers texte ont un excellent ratio de compression, ce qui n’est généralement pas le cas des applications et des fichiers système, ou encore des fichiers déjà compressés de type audio, vidéo, PDF, etc. Pour généraliser, on peut dire que dans le cas d’un volume source à contenu mixte, la compression permet de réduire le volume des données à environ deux tiers de sa valeur de départ.

Lorsque vous utilisez le chiffrement, Retrospect désactive la compression matérielle car le taux de compression des données chiffrées est relativement faible. Si vous tenez à utiliser simultanément les fonctions de chiffrement et de compression, utilisez l’option de compression logicielle de Retrospect. Retrospect compresse alors les données avant de les chiffrer, ce qui n’est pas possible lorsque la compression matérielle est utilisée.

Prise en charge des alertes de bande

Un grand nombre de lecteurs et de librairies de bandes prennent en charge les messages d’alerte de bande. Ces périphériques génèrent des messages d’alerte de bande afin de signaler des erreurs affectant le matériel. Il existe trois catégories d’alertes :

  • Information
  • Avertissement
  • Critique

Retrospect assure la prise en charge des alertes de bande de trois manières. Il :

  • ouvre une boîte de dialogue affichant une description de l’erreur,
  • reporte l’erreur dans la liste des activités, et
  • reporte l’erreur dans le journal des opérations.

Il est possible d’activer ou de désactiver ce comportement pour tout lecteur ou librairie de bande accessible depuis le serveur Retrospect et prenant en charge les alertes de bande.

Remarque : sur la plupart des lecteurs de bande, Retrospect n’active pas automatiquement les alertes de bande. Si besoin est, vous pouvez les activer manuellement en suivant les instructions présentées à la rubrique « Options des périphériques de stockage », plus haut dans ce chapitre.

Prise en charge de bandes WORM

En raison des réglementations de conformité et de plusieurs autres facteurs, un grand nombre de lecteurs et librairies de bande prennent désormais en charge les bandes WORM (« Write Once, Read Many » ou écriture unique/plusieurs lectures). Comme son nom l’indique, les bandes WORM ne peuvent être ni effacées ni réutilisées une fois que les données y sont inscrites.

Dans l’interface Retrospect, les bandes WORM sont indiquées par une icône spéciale qui facilite leur identification. Les bandes normales sont identifiées par une icône de bande bleue, tandis que celle des bandes WORM est jaune.

Avertissement : si vous utilisez des bandes WORM, assurez-vous que la préférence Passer automatiquement à un média viergede Retrospect est désactivée (réglage par défaut). Pour accéder à cette préférence, sélectionnez Retrospect > Préférences, puis cliquez sur l’onglet Médias.

Utilisation des bandes WORM

Etant donné que Retrospect applique aux bandes WORM un traitement différent des bandes standard, il est recommandé de n’utiliser des bandes WORM qu’avec des jeux de médias de bande WORM.

Lorsque vous créez un nouveau jeu de médias, vous avez la possibilité de créer un jeu de médias de bande WORM. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique « Création de jeux de médias » du Chapitre 5.

Les jeux de médias de bande WORM ne sont pas traités de la même manière que les jeux de médias standard. Pendant une opération automatique (c.-à-d. basée sur un script) utilisant un jeu de médias de bande WORM comme destination, Retrospect copie les fichiers sur une bande WORM portant le nom adéquat. S’il ne trouve pas de bande WORM portant le nom adéquat, il utilise automatiquement une bande WORM vierge. Il convient toutefois de noter que Retrospect n’est pas en mesure d’ajouter automatiquement une bande vierge normale à un jeu de médias de bande WORM.

De la même manière, pendant une opération automatique utilisant comme destination un jeu de médias de bande normale, Retrospect ne peut pas ajouter automatiquement une bande WORM vierge au jeu de médias de bande normale, mais seulement une bande normale vierge.

Il est possible d’ajouter manuellement des bandes normales aux jeux de médias de bande WORM et des bandes WORM aux jeux de médias de bande normale lorsque Retrospect effectue une demande de média au cours de l’exécution d’une activité, ou également en utilisant la fonction Ajouter un membre au jeu de médias de bande de Retrospect.

Remarque : les bandes WORM ne peuvent pas être effacées ou réutilisées, même lorsqu’elles font partie d’un jeu de médias de bande normale. A l’inverse, les bandes normales peuvent être effacées et réutilisées même lorsqu’elles font partie d’un jeu de médias de bande WORM.

Nettoyage du lecteur de bande

Il est essentiel de procéder au nettoyage régulier de votre lecteur de bande si vous souhaitez bénéficier de performances élevées. La présence d’impuretés au niveau des têtes de lecture constitue une des principales causes des problèmes affectant les lecteurs de bande et des pannes de médias rapportées. Dans de telles circonstances, Retrospect peut indiquer l’erreur –206 (rapport du lecteur mentionnant une panne : des têtes encrassées, des supports incorrects, etc.) dans le journal.

Le nettoyage de la plupart des lecteurs de bande est très simple : il suffit en général d’insérer une cartouche de nettoyage spéciale et d’attendre la fin du processus. Consultez la documentation de votre lecteur pour obtenir des conseils de nettoyage.

En fonction des caractéristiques de votre lecteur de bande, différentes options de nettoyage sont disponibles.

Retrospect propose une option permettant de régler l’intervalle de nettoyage, quel que soit le type de lecteur de bande utilisé. Pour accéder à cette option, sélectionnez Unités de stockage dans le volet latéral. Sélectionnez ensuite votre lecteur de bande dans la liste, cliquez sur l’onglet Options de la section Détails et indiquez un numéro dans le champ Nettoyer le lecteur après [blank] heures d’utilisation. La valeur par défaut pour ce champ est zéro. Si vous ne la modifiez pas, Retrospect ne vous invitera jamais à nettoyer le lecteur.

Si vous disposez d’une librairie de bandes prenant en charge la lecture des codes-barres et qu’une cartouche de nettoyage (comportant un code-barres de nettoyage) est chargée dans le slot de nettoyage, Retrospect nettoiera automatiquement le lecteur à l’intervalle spécifié. Si votre librairie de bandes ne prend pas en charge la lecture des codes-barres, Retrospect peut néanmoins nettoyer automatiquement le lecteur dans la mesure où vous spécifiez un slot de nettoyage et insérez une cartouche de nettoyage dans le lecteur.

Pour désigner un slot de la librairie comme le slot de nettoyage :

  1. Insérez la cartouche de nettoyage dans un slot vide de la librairie.
  2. Dans le volet latéral, cliquez sur Unités de stockage.
  3. Dans la liste Unités de stockage, sélectionnez le lecteur de bande à désigner. Si besoin est, cliquez sur les triangles pour afficher l’ensemble des slots de la librairie.
  4. 03fig16.tiff

  5. Cliquez avec le bouton droit de la souris sur le slot contenant la cartouche de nettoyage. Dans le menu contextuel, sélectionnez Activer en tant qu’emplacement de nettoyage.
  6. 03fig17.tiff

  7. Retrospect renomme alors la bande dans la liste en « Cartouche de nettoyage ».

Pour nettoyer un lecteur de bande manuellement :

  1. Si vous n’utilisez qu’un seul lecteur de bande, il suffit d’insérer la cartouche de nettoyage. La plupart des lecteurs de bande reconnaîtront la cartouche de nettoyage, réaliseront l’opération de nettoyage et éjecteront la cartouche. Si vous utilisez une librairie de bandes, assurez-vous d’avoir désigné un slot de nettoyage, comme décrit précédemment.
  2. Dans le cas d’une librairie de bandes, faites glisser le slot contenant la cartouche de nettoyage vers l’icône du lecteur dans la liste. Retrospect déplacera alors la cartouche de nettoyage dans le lecteur et ce dernier réalisera automatiquement le cycle de nettoyage. Avec certaines librairies, il est également possible de cliquer avec le bouton droit de la souris sur le lecteur de bande, puis de sélectionner Nettoyer dans le menu contextuel. Retrospect vous invite alors à confirmer que vous souhaitez nettoyer le lecteur. Cliquez sur Nettoyer.

Affichage de l’état des bandes

Vous pouvez vous servir de Retrospect pour afficher des informations sur les bandes que vous souhaitez utiliser pour la réalisation des sauvegardes.

Avant d’afficher les informations relatives aux bandes, vérifiez que le périphérique que vous souhaitez utiliser apparaît dans la liste Unités de stockage. Si ce n’est pas le cas, reportez-vous à la rubrique « Affichage des périphériques de stockage » présentée précédemment dans ce chapitre.

Pour afficher l’état des bandes :

  1. Dans le volet latéral, cliquez sur Unités de stockage.
  2. La liste Unités de stockage s’affiche.

  3. Insérez une bande dans le lecteur.

Lorsqu’une bande est chargée, son état apparaît dans la colonne État de la liste. Vous trouverez ci-dessous la signification des différents messages d’état :

  • Prêt indique que le média contient des données Retrospect ou qu’il appartient à un jeu de médias prêt à être utilisé.
  • Effacé indique que le média ne comporte aucune donnée.
  • Contenu non reconnu indique que la bande n’est pas vierge, mais que les données qu’elle contient ne sont pas des données Retrospect valides. Cela se produit souvent lorsqu’une bande précédemment utilisée avec un autre logiciel de sauvegarde est insérée dans le lecteur.
  • Version erronée peut indiquer que la bande insérée contient des données écrites par une autre version de Retrospect. Cela peut également signifier que la version du microprogramme du lecteur n’est pas prise en charge par Retrospect.
  • Protégé en écriture indique que la bande est verrouillée.
  • Rembobinage indique que la bande est en cours de rembobinage.
  • En attente indique que la bande est chargée dans le lecteur, mais qu’elle n’a pas encore été lue.
  • Erreur matérielle indique qu’une erreur s’est produite au niveau du lecteur.
  • Non chargé indique généralement qu’une bande est présente dans le lecteur, mais que celle-ci est en cours de rembobinage et qu’il convient de l’éjecter et de l’insérer à nouveau pour pouvoir l’utiliser. Ce message peut également apparaître lors du remplacement d’une bande dans la librairie de bandes.
  • Déplacement du média indique que la bande est en cours de déplacement d’un slot à un autre, au mécanisme du lecteur de bande, ou vice versa.
  • En cours d’exécution et Occupé indiquent que le lecteur est occupé.
  • Vide indique qu’il n’y a pas de bande dans le lecteur.

Préparation des bandes pour utilisation

Lorsque Retrospect exécute un script sans intervention et qu’une nouvelle bande est nécessaire, il utilise automatiquement toute bande appropriée effacée ou portant le nom adéquat. Il est conseillé de préparer les bandes préalablement à leur utilisation en les effaçant ou en les formatant.

Vous pouvez également ajouter des bandes à un jeu de médias avant que Retrospect ne vous y invite.

Pour ajouter des bandes à un jeu de médias :

  1. Le cas échéant, vérifiez que votre lecteur de bande unique contient une bande ou que des bandes sont présentes dans les slots de votre librairie de bandes, puis cliquez sur Jeux de médias dans le volet latéral.
  2. La liste Jeux de médias s’affiche.

  3. Cliquez sur le jeu de médias de bande auquel vous souhaitez ajouter des membres.
  4. Dans la zone Détails située en dessous de la liste Jeux de médias, cliquez sur l’onglet Membres.
  5. La liste Membres s’affiche, indiquant les membres existants du jeu de médias sélectionné.

    03fig18.tiff

  6. Cliquez sur le bouton + (plus) situé sous la liste.
  7. La boîte de dialogue Ajouter un nouveau membre apparaît.

    AddMember.tiff

  8. Sélectionnez la bande insérée ou une des bandes dans un des slots de la librairie. Si besoin est, cliquez sur les triangles pour afficher l’ensemble des slots de la librairie.
  9. Remarque : vous devez sélectionner des bandes vierges, effacées ou dont l’état est Contenu non reconnu. Il n’est pas possible d’ajouter des bandes qui appartiennent déjà à un jeu de médias existant.

  10. Cliquez sur Ajouter.
  11. Retrospect vous invite alors à confirmer que vous souhaitez ajouter le média sélectionné au jeu de médias, et vous avertit que tout contenu présent sur le média va être supprimé.

  12. Cliquez sur Ajouter.
  13. Retrospect ajoute le média au jeu de médias en renommant les bandes de manière séquentielle à partir du nom du jeu de médias.

Commandes pour les lecteurs de bande uniques

Les commandes ci-dessous permettent d’interagir avec les lecteurs de bande. Pour y accéder, cliquez avec le bouton droit de la souris sur un lecteur dans la liste Unités de stockage et sélectionnez la commande dans le menu contextuel. Certaines commandes de ce menu sont exclusivement utilisables avec les librairies de bandes. Elles sont présentées dans la rubrique « Commandes pour les librairies de bandes », plus tard dans ce chapitre.

  • Éjecter décharge la bande sélectionnée du lecteur correspondant.
  • Effacer efface le contenu de la bande sélectionnée et, dans le cas des mécanismes de certains lecteurs de bande, prépare le média pour une future réutilisation.
  • Rétension fait avancer la bande sélectionnée jusqu’à la fin et la rembobine afin de répartir la tension et l’alignement de la bande. (Certaines bandes sont retendues automatiquement au cours du fonctionnement normal et ne peuvent donc pas l’être par le biais de cette commande.) Il est recommandé de retendre les bandes si elles n’ont pas été utilisées pendant une période prolongée, ou si les niveaux de température ou d’humidité de leur environnement de stockage ont connu d’importants changements.
  • Format reformate entièrement la bande sélectionnée. Sachez cependant que ce processus peut être plus long que l’effacement. Il n’est en outre pris en charge que par certains lecteurs de bande.

Librairies de bandes

Une librairie de bandes (parfois également appelée chargeur, changeur automatique ou chargeur automatique) est un dispositif matériel dont la fonction est de déplacer mécaniquement des bandes dans et hors des mécanismes d’un lecteur de bande à partir d’un magasin ou de slots de stockage fixes permettant de contenir plusieurs cartouches de bande. Il est possible de configurer les bandes dans n’importe quel ordre ; Retrospect détermine par la suite quelle bande il doit utiliser pour effectuer une sauvegarde sans intervention. Les librairies de bandes sont particulièrement adaptées aux sauvegardes réseau à grande échelle car elles remplacent automatiquement les bandes une fois remplies, réduisant ainsi les périodes d’interruption dues aux médias indisponibles. De nombreux types de librairies de bandes sont disponibles, chacun utilisant un ou plusieurs mécanismes de lecteur de bande. Pour plus d’informations, consultez les guides des librairies ainsi que la rubrique Support technique du site
http://www.retrospect.com/supporteddevices/.

Retrospect prend en charge les librairies permettant la lecture des codes-barres et gère les cartouches de bande en fonction de leur identification par le biais du code-barres. Il affiche un code-barres de bande en plus du nom de membre (le cas échéant) dans les demandes de média, ainsi que dans les propriétés du jeu de sauvegardes, les événements du journal d’opérations et la fenêtre Unités de stockage. Retrospect reconnaît les cartouches de nettoyage à codage CLN.

Retrospect permet la prise en charge de slots d’importation-exportation multiples afin d’assurer le déplacement des cartouches vers, hors et au sein de la librairie. Les slots d’importation-exportation sont affichés dans la liste Unités de stockage. Vous pouvez faire glisser des bandes depuis et vers les slots d’importation-exportation.

Si vous utilisez une librairie de bandes avec plusieurs lecteurs et le module complémentaire Advanced Tape Support, Retrospect peut effectuer simultanément un grand nombre d’opérations sur plusieurs lecteurs.

Fonctionnement de Retrospect avec les librairies de bandes

Retrospect fonctionne différemment avec les librairies de bandes selon si elles prennent en charge la lecture des codes-barres ou non.

Retrospect prend en charge les librairies permettant la lecture des codes-barres et gère les cartouches de bande en fonction de leur identification par le biais du code-barres. Il affiche un code-barres de bande en plus du nom de membre (le cas échéant) dans les demandes de média, ainsi que dans les propriétés du jeu de médias, les événements du journal et la liste Unités de stockage. En outre, Retrospect reconnaît les cartouches de nettoyage à codage CLN. La prise en charge des codes-barres permet à Retrospect d’effectuer une analyse rapide des slots de stockage d’une librairie de manière à déterminer leur contenu.

Si votre librairie ne prend pas en charge la lecture des codes-barres, Retrospect doit analyser la librairie afin d’obtenir le nom de chaque bande. La librairie insère chaque bande dans le lecteur, ce qui permet à Retrospect d’effectuer le suivi des noms et des emplacements des bandes.

A chaque démarrage de Retrospect, ouverture de la porte de la librairie, ou changement du magasin, le contenu de la librairie est susceptible de changer. Retrospect doit par conséquent effectuer une analyse afin de toujours disposer des données les plus récentes.

Dans le cas des librairies ne prenant pas en charge les codes-barres, Retrospect utilise une fonction exclusive intitulée « mémoire de slot de stockage » qui accélère les analyses ultérieures de la librairie. Chaque fois que vous fermez Retrospect, ce dernier relève l’état de chaque slot et lecteur de la librairie et enregistre ces informations dans son fichier de configuration.

Affichage de l’état des librairies de bandes

Pour afficher l’état d’une librairie de bandes, insérez un magasin chargé (si ce type de dispositif est applicable à votre périphérique) et cliquez sur Unités de stockage dans le volet latéral afin de faire apparaître la liste correspondante. La liste présente plusieurs informations parmi lesquelles la librairie, les slots de bande (y compris les slots d’importation-exportation) et les lecteurs.

03fig20callout.ai

Retrospect affiche des informations relatives à la librairie, aux lecteurs de bande et à chacun des slots de stockage (état, emplacement, code-barres, etc.). Le contenu de chaque slot est indiqué par des icônes et des informations d’état complémentaires.

03fig21.png

Le slot ne contient aucune bande.

03fig22.png

Le slot ne contient aucune bande car celle qu’il contenait a été placée dans le lecteur. Aucun doute n’est possible, car la librairie sait toujours depuis quel slot elle a retiré une bande pour la placer dans le lecteur.

03fig23.png

(Inconnu) - Le slot n’a pas été analysé par Retrospect.

03fig24.png

Retrospect a désigné ce slot comme slot de nettoyage. Les cartouches de nettoyage sont indiquées par une icône de bande verte.

03fig25.png

La bande se trouvait dans le slot lors de la dernière analyse des bandes par Retrospect, mais l’état actuel est Non vérifié car il est possible que le contenu du slot ait changé depuis.

03fig26.png

La bande se trouvait dans le slot lors de la dernière analyse des bandes par Retrospect et l’état actuel est Vérifié car il est impossible que le contenu du slot ait changé depuis.

03fig27.png

Une erreur de média s’est produite lors de l’écriture sur bande. Retrospect n’utilisera pas cette bande dans le cadre d’exécutions automatiques (scripts). Vous devez effacer manuellement la bande pour pouvoir l’utiliser à nouveau.

03fig28.pngLa bande est au format WORM (Write Once, Read Many). Consultez la rubrique « Prise en charge de bandes WORM » présentée précédemment dans ce chapitre pour obtenir plus d’informations.

Utilisation des librairies de bandes

Dans la liste Unités de stockage, vous pouvez déplacer des bandes en effectuant des glisser-déposer de leurs icônes. Une fois le pointeur placé au-dessus de l’icône d’une bande, vous pouvez faire glisser une bande d’un slot à un autre, d’un slot à un lecteur, d’un lecteur à un slot, ou d’un lecteur à un autre.

Commandes pour les librairies de bandes

Les commandes ci-dessous permettent d’interagir avec les librairies de bande. Pour y accéder, cliquez avec le bouton droit de la souris sur l’icône d’une librairie, d’un lecteur ou d’un slot dans la liste Unités de stockage et sélectionnez la commande dans le menu contextuel. Certaines commandes de ce menu sont utilisables avec tous types d’unités de bande. Elles sont abordées dans la rubrique « Commandes pour les lecteurs de bande uniques », présentée précédemment dans ce chapitre.

  • Ignorer indique à Retrospect de ne pas analyser ou utiliser le périphérique spécifié.
  • Effacer les codes-barres supprime les informations de codes-barres de toutes les bandes connues. Cette fonction ne doit être utilisée que si Retrospect affiche des informations de code-barres ou des noms de bandes erronés, ou si vous y êtes invité par le support technique de Retrospect.
  • Initialiser les éléments envoie la commande Initialiser les éléments à la librairie, ce qui oblige cette dernière à mettre à jour l’état de tous les éléments. Cette commande peut vous être utile si vous constatez que les informations de la fenêtre Unités de stockage ne correspondent pas à l’état réel de la librairie.
  • Activer en tant qu’emplacement de nettoyage désigne le slot sélectionné comme slot de nettoyage. Retrospect n’analyse pas le slot de nettoyage lors des recherches de médias. Si votre librairie prend en charge la lecture des codes-barres, Retrospect reconnaîtra automatiquement une cartouche de nettoyage à codage CLN et réservera le slot où elle se trouve à des fins de nettoyage. Vous pouvez spécifier le nombre de nettoyages par bande ainsi que la fréquence du nettoyage du lecteur de bande à partir de la fenêtre Propriétés du lecteur ou de la bande correspondant(e).
  • Numériser fait défiler les slots de stockage de la librairie sélectionnés, déplaçant chaque bande de son slot vers le lecteur afin de connaître le nom de la bande. Vous n’avez pas besoin d’utiliser cette commande si votre lecteur de bande prend en charge la lecture des codes-barres.

Prise en charge de l’importation-exportation

Certaines librairies sont équipées de ports autonomes qui permettent de charger des bandes simples dans et depuis la librairie sans avoir besoin d’ouvrir la porte. Retrospect utilise le terme « slot d’importation-exportation » pour faire référence à cette fonction, également appelée « slot de courrier », « élément I/E » ou encore « slot d’appel ». Si les slots d’importation-exportation sont présents et activés dans une librairie, Retrospect les affiche comme des slots distincts en haut de la liste de slots. Vous pouvez effectuer des glisser-déposer afin de déplacer les bandes depuis le lecteur source ou tout slot disponible vers le slot d’importation-exportation ; la librairie déplacera alors la bande sélectionnée vers le port. Lorsque vous placez une bande dans le port, Retrospect affiche Média disponible en regard du slot d’importation-exportation. Vous pouvez alors déplacer la bande en la faisant glisser vers n’importe quel slot ou lecteur de la librairie.

Lors du fonctionnement sans intervention, Retrospect n’analyse pas les slots d’importation-exportation. Ne placez pas une bande dans le slot d’importation-exportation si vous souhaitez l’utiliser dans le cadre d’une opération sans intervention, comme par exemple une sauvegarde basée sur script.

Demandes de média de librairie de bandes

Au cours des opérations immédiates et automatisées, Retrospect analyse la librairie, recherche le média approprié et charge la bande nécessaire. Si une bande nouvelle ou effacée est requise, Retrospect chargera et utilisera la première bande disponible.

Si Retrospect ne trouve aucune bande appropriée à utiliser, il affiche une alerte de demande de média dans la liste d’activités. L’opération ne pourra pas se poursuivre tant que vous n’aurez pas inséré le média approprié.

Pannes de média de librairie de bandes

Lorsqu’une panne de média se produit au sein de Retrospect, il s’agit d’une erreur fatale qui interrompt toutes les opérations en cours.

Dans le cas de l’utilisation des librairies de bandes, il est possible d’activer la préférence de gestion des médias Utiliser automatiquement un nouveau média après un échec d’écriture de Retrospect pour éviter l’interruption des opérations. Si cette préférence est activée et que Retrospect rencontre une panne de média, le logiciel recherchera la bande disponible suivante et utilisera celle-ci à la place.

Longévité et stockage des médias

La durée de vie des médias dépend principalement de leurs conditions de stockage et d’entretien. Un environnement de stockage adéquat doit comporter le moins possible d’humidité, de chaleur et d’impuretés. Ces éléments sont effet responsables de la détérioration des médias, ce qui peut affecter leur intégrité, voire entraîner la perte de vos données.

Les médias magnétiques doivent impérativement préservés de l’humidité. Conservez les médias à l’écart des rayons du soleil et des sources de chaleur (radiateurs, etc.). Protégez les médias des changements de température extrêmes. Les particules en suspension dans l’air (comme la poussière et la fumée de cigarette, par exemple) sont également susceptibles d’altérer les médias.

Les bandes utilisent du lubrifiant. Le support de bande est lubrifié, ce qui explique qu’après plusieurs passages sur les têtes de lecture, les bandes perdent de leur efficacité à mesure que le lubrifiant se dissipe. Une bande doit normalement permettre plusieurs milliers de passes, mais gardez à l’esprit que chaque opération implique plusieurs passes de bande.

Un lieu de stockage idéal pour vos médias pourrait par exemple être un coffre à l’épreuve des flammes et de la fumée, installé dans un bâtiment climatisé. Si ce n’est pas envisageable, conservez au moins les médias dans leurs conteneurs originaux à l’intérieur d’une armoire ou d’un bureau.

Fonctionnement de Retrospect avec plusieurs Unités de sauvegarde

Au cours d’une opération, Retrospect recherche les périphériques de sauvegarde disponibles pour le média approprié. Lorsque le média est plein ou que Retrospect nécessite un autre média pour une raison quelconque, le logiciel recherche des lecteurs disponibles. Il est conseillé d’avoir (par exemple) un lecteur contenant la bande que Retrospect s’attend à rencontrer, ainsi qu’un autre lecteur contenant une bande vierge. Cette dernière pourra ainsi être utilisée pour prendre la suite de la première bande, lorsque celle-ci se terminera pendant la nuit. Les lecteurs doivent utiliser des mécanismes similaires, deux lecteurs LTO par exemple.

Retrospect for Macintosh permet d’effectuer des opérations d’écriture simultanées sur plusieurs périphériques grâce au module complémentaire Advanced Tape Support. Pour plus d’informations, consultez le site Web de Retrospect.